SimPlement Le service de presse autrement.À proposSe connecterS'inscrire
MENU
Couverture de VOYEZ PASSER LES ORPHELINES par Pierre-Marie PRAT
Ania, la quarantaine, professeur dans le sud de la France, souffre d’un mal de vivre depuis l’adolescence. Née en Algérie, elle est arrivée en France encore bébé avec son oncle Mehdi, qui va l’adopter. Un peu plus tard, il lui racontera que ses parents sont morts dans un accident de voiture.
En grandissant, elle n’accepte pas cette explication. Passionnée d’histoire, elle lit beaucoup sur la guerre d’Algérie et pense que son oncle lui cache la vérité. Lorsqu’elle a quinze ans, il consent à la lui révéler : ses parents ont été exécutés par l’armée française pendant la guerre, avec une partie de leur famille et la plupart des habitants de leur village.
À compter de ce jour, elle n’a qu’une obsession : retrouver l’officier français responsable du massacre. Malgré son mal-être, elle va trouver l’amour avec Philippe et avoir des enfants. Sa santé mentale toujours fragile la conduira cependant à des conduites déviantes et au divorce. Pensant y trouver une forme d’apaisement, elle part en Algérie à la recherche de son passé. Elle rencontre le bel Adel qui partage avec elle la même histoire douloureuse. Une passion naît entre les deux quadragénaires.
Mais ses recherches n’aboutissent toujours pas. L’assassin des ses parents reste introuvable, peut-être même est-il mort ? Alors qu’elle n’y croyait plus, elle croise par hasard la route de celui qu’elle recherche depuis des années et qu’elle tient pour le responsable de tous ses maux.
À partir d’une histoire documentée qui suscite toujours les passions, l’auteur nous confronte à la parole des bourreaux et victimes et au thème universel de la banalité du mal.
ISBN : 978-2-956139-10-2206 pagesAdultes#ROMANNOIR#PSYCHOSE#HISTOIREDEVIE#HISTOIRE#SUSPENS
Numériquepdf Disponible jusqu'au 31 mai 2020
Portrait de Prat Pierre-Marie
Un roman sur les détresses de l'enfance, sur fond d'histoire contemporaine.
Disponible chez Amazon.
Remonté le 25 mars 2020 à 19h45

1 chronique