SimPlementLe service de presse autrement.
Couverture de La fleur de l'ombre par Isabelle Morot-Sir
▸ Sorti le
Dans une Europe contemporaine et cependant uchronique, Tamara, brillante adolescente dont la destinée est dictée par l'indifférence glacée des lois eugéniques de son pays, se voit propulsée au rang de Mère de la Patrie.
Comment accepter un tel sort? Comment seulement s'y soustraire? L'avenir est-il dans une fuite aveugle vers un ailleurs inconnu et peut-être pire encore? Ou dans le renoncement? À qui pourra-t-elle se fier? Sa rebelle naïveté ne risque-t-elle pas de l'amener à prendre les mauvaises décisions? À accorder trop hâtivement sa confiance? Mais aura-t-elle seulement une alternative...?

Extrait :

Elle gémit sans même s’en rendre compte. Hier. Ce n’était qu’hier… Des siècles semblaient s’être écoulés. Hier encore elle était une élève comme une autre, en jupe sage et chemisier blanc et aujourd’hui… Aujourd’hui elle portait sur ses frêles épaules la reconnaissance du peuple entier, en même temps que ce titre. Aujourd’hui elle était tout, elle faisait partie du pinacle de ses femmes adulées, vénérées, révérées par toute la nation : elle était une Mère de la Patrie. Aujourd’hui cependant elle n’était plus rien, elle étouffait. Où était passée Tamara l’adolescente enjouée, qui voyait son Destin écrit dans les pierres de l’Université d’architecture ? Où était-elle ? Elle qui se voyait ériger des monuments ? Elle retint un rire cynique. Elle ne construirait jamais aucune demeure aussi modeste qu’elle soit, elle ne serait qu’un ventre, pondant inlassablement des enfants qui grossiraient le flot du peuple.
A l’idée du futur qui l’attendait, elle se mit à trembler, de plus en plus fort, frappant dans la même cadence son front contre la vitre.
Portrait de Isabelle Morot-Sir
Lecture numérique proposée en échange d'une chronique sérieuse accompagnée d'un commentaire sur Amazon.
Merci !
Numériquedocx Disponible jusqu'au 1 janv. 2018
ISBN : Non renseigné183 pages#ROMANCE#DYSTOPIE#FEELGOODBOOK
Publié le 18 mai 2017 à 10h38

2 chroniques